Archives

Avis de Miss Nana sur Sois sage, Reine-May

Cliquez ici pour le blog de Miss Nana.

soissageintro

Sois sage Reine-May est un roman dont je ne sais quoi penser : des points m’ont beaucoup plu tandis que d’autres beaucoup moins. Peut-être ne l’ai-je pas lu au bon moment, peut-être me suis-je posée trop de questions… Ce n’est donc pour moi qu’une lecture mitigée et j’en suis d’autant plus désolée puisqu’il s’agissait de mon troisième partenariat avec l’auteure.

« Mais à quoi bon s’occuper du passé ? Ça ne sert à rien de parler. Il faut vivre, agir et avancer. Nous ne sommes pas des vaches, à ruminer. »
Tout au long de ce livre, on découvre Reine-May qui a la chance d’être réunionnaise par ses origines et bretonne par son adoption. Tout commence avec la réception d’une lettre la rappelant sur l’île de l’Océan Indien. Ainsi, souvenirs et secret se mêlent dans son esprit – et dans ce livre…
Au fur et à mesure des mots et des phrases, on comprend que Reine-May n’a pas eu une enfance comme les autres. Une enfance difficile, qui plus est. Pourtant, de toutes ses épreuves, on sent qu’elle en a tiré une richesse et une force. Donc, même si je ne me suis pas véritablement attachée à elle parce que je ne me sentais pas proche d’elle, j’ai aimé la suivre, compatir et encore creuser un peu à la surface pour en savoir encore un peu plus sur elle.
« Pourquoi était-elle partie en laissant toutes ses affaires ? On devrait disparaître avec tout notre barda.
Ceux qui restent imagineraient que les disparus n’avaient pas existé. »
Les grandes lignes de l’histoire avaient de quoi me plaire : voyage culturel et temporel, secret, découverte. Seulement, même si le secret de Reine-May a suscité ma curiosité, je n’ai pas été entièrement charmée par l’histoire. J’ai notamment eu le sentiment d’être perdue à plusieurs reprises avec les flash-backs : je ne savais plus vraiment me situer dans le temps par exemple. Du coup, la concentration que j’ai utilisée pour me retrouver, je l’ai perdue pour bien saisir certains aspects culturels et les retenir.
Il n’y a pas de grandes actions, de grands rebondissements (hormis la révélation du secret auquel je m’attendais un peu mais pas de cette ampleur) et il y a assez peu de dialogues. Peut-être que le rythme paraîtra donc un peu lent à certains lecteurs… Pourtant, aller vite ici n’est pas le but ! Le temps est à la découverte puisque le récit montre tous les différents aspects de la vie de la jeune femme et de ses deux cultures. Et le défi de la découverte est bien relevé…
« C’était étrange : changer de vie me faisait oublier la mienne. »
En effet, ses deux cultures, on les découvre tout au long du livre : l’aspect culturel de ce roman est vraiment ce qui m’a le plus plu et convaincue. On y apprend, par exemple, des coutumes, des habitudes des habitants des deux régions. C’est vraiment très enrichissant et intéressant. Ces deux cultures se retrouvent également mêlées grâce à la plume de l’auteure qui incorpore du breton et de créole dans son récit, ce qui renforce l’authenticité de ce voyage culturel.
En fin de compte, c’est une lecture mitigée. Bien que l’intrigue m’ait peu entraînée et que les flash-backs m’aient un peu désorientée, l’aspect culturel de ce livre est vraiment intéressant. Pour preuve, je suis ressortie de cette lecture enrichie et avide de connaître davantage ces deux régions !

Madigoù : La petite fille aux bonbons – Colline Hoarau

Chronique de Casscrouton  


Titre et auteur : Madigoù : La petite fille aux bonbons de Colline Hoarau

Maison d’édition : Evidence (Site/Facebook/Twitter)

Date de parution : 28/06/17

Résumé :

La petite Madigoù aime tant les bonbons qu’elle en reçoit tous les jours de la semaine des quatre coins de l’Outre-Mer.
Mais, mais,…, comment ses dents vont-elles vivre cette aventure ?
Avis : ★★★★★

Madigoù est une courte et superbe histoire pour enfants !

Madigoù est une petite fille qui aime les bonbons, comme en témoigne son prénom qui signifie donc « bonbons » en breton. Elle en reçoit toutes les semaines de part et d’autres de l’Outre-Mer et se fait une joie de nous les présenter. Seulement voilà, peut-on manger autant de bonbons sans risque pour les dents ?

J’ai été séduite par ce petit ouvrage ! Je voyage toujours avec les livres de Colline Hoarau et celui-ci n’a pas fait exception. A travers les différentes friandises colorées que Madigoù nous présente, on voyage et on salive devant toutes ces sucreries qui nous donnent bien envie !

Le texte donne cette impression de s’évader en Martinique, en Guyane ou encore en Guadeloupe, avec tous ces bonbons de formes différentes que Madigoù engloutit. La force du texte réside aussi dans les rimes et le rythme chantant. C’est parfait pour maintenir toute l’attention des enfants tout en étant ludique.

Les illustrations jouent un rôle similaire pour que les enfants soient accaparés par le livre. La douceur et la rondeur des formes et surtout l’explosion de couleurs monopolisent toute l’attention ! C’est très frais et joyeux, j’ai beaucoup aimé. De plus, je trouve que les illustrations retranscrivent très bien les émotions et les impressions du texte. Madigoù vit dans un monde coloré et fantaisiste, et lorsque la réalité se rappelle à elle à travers ses parents, ceux-ci sont tout de noir vêtus, à la mine austère, c’est un contraste saisissant.

Et puis la chute survient à la dernière page, drôle et tendre, tout en transmettant un message sérieux, ne mangez pas trop de bonbons où vous perdrez vos dents.

En définitive, Madigoù est un joli livre pour enfants narré sur le mode d’une comptine avec rimes et rythme, aux illustrations sublimes qui appuient bien le texte. Je recommande, une lecture parfaite pour les petits !

Où trouver Sois sage, Reine-May ?

Vous pouvez me contacter par mail : hoarau.colline@gmail.com pour un envoi avec dédicace. 

Dans les Côtes d’Armor,

  • A Guingamp, à la Librairie Mots et Images
  • A Rostrenen, à la Maison de la Presse
  • A Carhaix, à la Maison de la Presse
  • Au Centre Culturel Leclerc de Carhaix
  • A Saint-Nicolas-du-Pelem, à la Maison de la Presse

Le roman existe en version papier (broché) et numérique.

Entre autres sites, sur :

  • Amazon
  • le site de l’éditeur, Dédicaces 
  • Store 
  • Biblio.com
  • 24symbols
  • Itunes
  • Createspace – Page de l’éditeur
  • Barnes and noble
  • Kobo
  • Inktera
  • Mais aussi, sur PriceMinister, Ebay, …

 

Le bois, les arbres … les livres 

« Le bois, les arbres… Les livres »
 dans le cadre des journées de Patrimoine de Pays. L’Association les Jardins du Vaumadeuc accueillera Alain Emery, Francis Le Pioufle, Colline Hoarau, et Pierre Le Naour à cette occasion
Rencontre avec ces écrivains, échanges sur l’écriture et dédicaces de leurs ouvrages, avec les sculptures de Martine Galle.

Visite guidée  à 15h00 autourdes arbres remarquables et de l’arboretum expérimentale.

Entrée : 3€ ./ gratuit pour les enfants de moins de 12 ans accompagnés.
Samedi 17, dimanche 18 juin, 14 h à 17 h, au manoir du Vaumadeuc,
Contact : 02 96 84 46 17,

http://www.vaumadeuc.com 

Avis d’une lectrice de Drunkennes Books

Sois sage Reine-May

Genre : Drame

Edition : Dédicaces
Parution : Décembre 2016

Pages : 124

Prix : 13,72 euros

Achat : Amazon 

Avis de Manon

Tout d’abord je remercie Colline Hoarau de m’avoir fait découvrir son livre et son univers !! Sois-Sage Reine-May est une immersion dans deux cultures, deux régions, deux univers très riches mais aussi très différents : la Réunion et la Bretagne.

Reine-May est réunionnaise. A l’âge de 10 ans, elle quitte son île natale pour la Bretagne suite au décès de son beau-père et à l’incapacité de sa mère de s’occuper d’elle.

Sur le continent, elle sera adoptée par un couple de Bretons et découvrira une culture à mille lieues mais tout aussi riche que la sienne. Pourtant Reine-May, malgré son jeune âge, cache un lourd secret… Secret qui la ronge malgré la bienveillance de ses parents adoptifs. Mais des années plus tard, un retour sur son île sera peut-être l’occasion de faire table rase du passé.

Sois sage, Reine-May c’est avant tout l’histoire de deux cultures : bretonne et réunionnaise. Si je connaissais assez bien la première pour avoir vécu deux ans en Bretagne, j’ignorais tout de la seconde. L’intrigue met en avant ces deux cultures, ce qui les sépare mais aussi ce qui les rapproche. Car s’il y a bien une chose qu’elles ont en commun c’est leur richesse. On s’y croirait : il n’y a qu’à fermer les yeux pour sentir le parfum odorant des fleurs de la Réunion ou des forêts bretonnes. L’auteur sait de quoi elle parle et cela se ressent dans la lecture !

Pourtant, je trouve que si les cultures bretonne et réunionnaise sont décrites avec beaucoup de minutie et de détails, la vie quotidienne de Reine-May reste assez flou. Certes Colline Hoarau nous livre quelques détails sur sa famille adoptive, son déracinement. Pourtant cela manque d’anecdotes sur son quotidien. J’aurais aimé que l’auteur développe davantage son intégration en Bretagne en insistant plus sur ses années d’école par exemple. Mais il y a un très gros travail de Colline Hoarau au niveau du ressenti de Reine-May, de ses émotions. À travers elle, le lecteur se pose des questions sur l’intégration, le déracinement et même l’intolérance. Le secret de la jeune fille, bien que terrible, en devient finalement un peu anecdotique.

Le style de l’auteur est sympathique, tout en délicatesse, et très rythmé. J’ai particulièrement aimé la manière dont l’auteur intègre des mots et expressions des deux cultures dans son récit. Et cela de façon très naturelle, sans alourdir le texte. Attention cependant au petit défaut d’impression : les pages 33 à 42 sont imprimées deux fois.
Sois-Sage Reine-May est une lecture dépaysante et originale comme le laissait supposer son titre et son quatrième de couverture. L’histoire est servie par une héroïne attachante. J’aurais cependant aimé davantage de détails sur le quotidien de Reine-May.

Extrait

« L’île était habituée aux records de pluie, d’érosion qui changeaient les paysages, tuaient parfois et donnaient sans doute ce sentiment de fatalité à la population. On pouvait tous mourir. La nature était plus forte que tout. »