Merci à Dédicaces, un éditeur professionnel et efficace

Inutile de s’attarder sur la difficulté à trouver un éditeur qui fasse confiance à notre manuscrit.

On envoie un, deux, trois, … exemplaires aux éditeurs qui publient des livres qui ressemblent au nôtre.

On attend un, deux, trois, … mois, parfois une année.

On espère, un peu, beaucoup, plus du tout.

On oublie complètement qu’un jour, on a écrit une histoire.

On pense que nos amis ont été gentils pour nous encourager, sans nous avouer que ce qu’on a écrit est moyen ou nul.

Et un jour, un mail … pour nous annoncer que notre ouvrage a été choisi pour être édité.

Un grand moment de joie pour un rêve qui se réalise. « Mon livre, écrit par moi, … va être édité. »

Merci d’abord à mon éditeur de m’avoir fait confiance.

Et puis, tout va très vite. Le livre est imprimé. La couverture est belle. Elle a été proposée par Dédicaces, mon éditeur canadien.

Je peux communiquer, poser des questions, demander des corrections. Je reçois le premier exemplaire, puis plusieurs, …

La magie …

Merci à mon éditeur de m’accompagner dans cette aventure. Souhaitons la belle et longue.

Image

Salon du livre de Grâces

Ouest France, le 26/03/2017 


Grâces. Un salon du livre dédié aux auteurs d’ici, dimanche 2 avril
 Michel Priziac (2e à gauche) entouré des écrivains, élus et enseignant.

Michel Priziac (2e à gauche) entouré des écrivains, élus et enseignant. | Ouest-France

Découvrir la richesse et la diversité des plumes locales, échanger avec les auteurs, voir naître une chronique radio : ce sera dimanche prochain 2 avril, avec Grâces aux livres, à la salle multiculturelle de Grâces, près de Guingamp.

Dimanche 2 avril, Grâces aux livres organise un salon du livre, à la salle multiculturelle de Grâces (Côtes-d’Armor). L’occasion de découvrir la richesse et la diversité des plumes locales, échanger avec les auteurs, voir naître une chronique radio.« Nous accueillerons 25 auteurs bretons du pays de Guingamp », annonce Michel Priziac. Habitant de Grâces et auteur de romans, livres d’histoire de la Bretagne, d’ethnologie et de toponymie, il est la cheville ouvrière de ce premier salon du livre.
Il est « organisé à l’initiative de la municipalité, en marge de la Fête des épouvantails de l’association Camellia », précise-t-il.
Grâces aux livres se veut un voyage autour de chez soi, dont la volonté est de montrer que les auteurs du pays sont créatifs, qu’ils sont publiés. « Des auteurs d’ici qui présentent des œuvres d’une qualité reconnue », souligne-t-il.Radio Bretagne 5 sera présente. « On va lancer une émission : un auteur – une voix, en partenariat avec l’association des écrivains bretons », dévoile Michel Priziac. 

Chaque auteur aura 10 minutes pour répondre à trois questions, en public.Dimanche 2 avril, de 10 h à 18 h, salle multiculturelle. Gratuit. Restauration sur le site.

A la croisée des traditions

colline-hoarau-la-croisee-des-traditionsColline Hoarau, à la croisée des traditions

Colline Hoarau sera à la Maison de la presse samedi.

Colline Hoarau est installée en Bretagne depuis 2012. Travaillant dans une école Diwan, elle a trois romans à son actif. Dans son dernier ouvrage, « Sois sage Reine-May », les traditions bretonnes et réunionnaises s’entremêlent au travers de l’histoire d’une petite fille adoptée par un couple de Bretons à la suite d’un drame familial.

Elle sera présente pour des dédicaces à Rostrenen, à la Maison de la presse, le samedi 25 février

Quand on unit la Réunion et la Bretagne 

Article de Ouest France Rostrenen Quand Colline Hoarau unit La Réunion et la Bretagne


La romancière a reçu ses lecteurs à la maison de la presse.

La romancière a reçu ses lecteurs à la maison de la presse.

PUBLIÉ LE 28/02/2017

Ouest-France

Samedi matin, Colline Hoarau, native de l’île de La Réunion et qui vit aujourd’hui en Centre-Bretagne, a présenté son troisième roman « Sois sage, Reine-May » à ses lecteurs au cours d’une séance de dédicace à la maison de la presse.

Ce roman narre l’histoire d’une jeune créole adoptée par un couple de Bretons attachants, avec chacun son histoire individuelle ou collective. Si le secret à découvrir est le fil du roman, deux environnements s’entrechoquent et se rencontrent : la Réunion et la Bretagne. Reine-May est le pont entre les deux.
Dans cet ouvrage, on trouve des descriptions de paysages magnifiques des deux régions, qui peuvent paraître éloignées, mais pas tant que cela de par leurs traditions, leur culture de la terre, leur langue, la nature, leurs valeurs…
« Sois sage, Reine May », aux éditions Dédicaces, en vente en librairie. hoarau.colline@gmail.com, 06 13 51 26 64.

Chronique de Camille, Les petites lectrices 

jeudi 9 mars 2017Sois sage, Reine-May.

Chronique de Camille 

Mon avis :
Nous avons reçu ce livre de la part de l’auteur Colline Hoarau, auteure très sympathique qui fait des dédicaces adorables. C’est le troisième livre que nous recevons et le deuxième que je lis. Ayant un souvenir de L’adieu à Lila qui avait été une bonne lecture malgré quelques défauts, j’attendais à peu près la même chose de ce roman. Eh bien ! Voilà ma chronique : 
D’abord je tiens à dire que je n’ai absolument pas été déçue du livre, et que j’ai même été très surprise ! Ce roman offre un voyage entre la Bretagne et la Réunion et nous fait découvrir les traditions et différents dialectes des deux lieux, pour notre plus grand plaisir à nous, lecteurs. Nous nous retrouvons aussi bien à Ste Tréphine que sur l’ïle de l’enfance de notre héroïne.
Dès la lecture de la quatrième de couverture on entre dans une sorte d’intrigue par rapport au secret de Reine-May, et dans un questionnement incessant qui nous tient en haleine du début jusqu’à la fin du livre. Les pensées en italique nous pousse à continuer le chapitre suivant et à découvrir encore et encore ce que dira Reine-May. Les chapitres sont d’ailleurs courts, accélérant le rythme lent de l’ouvrage, ce que j’ai beaucoup apprécié. 

Le livre joue principalement sur les souvenirs de notre protagoniste : la Réunion, comment elle est arrivée en Bretagne et son adaptation, choses très intéressantes, j’ai beaucoup aimé découvrir son enfance. De plus le point de vue enfant/adulte était adapté selon ce qu’elle racontait, permettant ainsi d’avoir une vision à la fois de ce qu’elle pensait petite puis de ce qu’elle dit maintenant qu’elle y réfléchit plus grande. 

Au fur et à mesure de la lecture l’intrigue est de plus en plus forte, on découvre les personnages de Mamm-Gozh et Tad-Kozh, les parents adoptifs de Reine-May que j’ai bien apprécié connâitre et on apprend de belles histoires.   
Vers la fin du roman le rythme se ralentit et le mystère est à son comble, plus qu’une seule chose importe : finir le roman et enfin savoir. 

 Un livre très sympathique que je conseille à tous ceux qu’il tente !

Contacts

mailbox-595854_1920.jpgDepuis quelques semaines, des personnes souhaitent prendre contact avec moi, pour un  salon, un article, voire une dédicace.

Il est possible de m’adresser un mail à hoarau.colline@gmail.com