Archives de tags | créole

L’invitation au voyage de Charles Baudelaire

beach-clouds-dawn-1186704.jpg

 

A 20 ans, les parents de Baudelaire, pour le sortir de sa vie de bohème, le font partir pour les Indes. Il ira jusqu’à l’île Bourbon  (La Réunion), revient au bout de 10 mois. Ce voyage aura éveillé son esprit à la nature, au soleil et à l’exotisme.

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,

Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Publicités

Riviér Dabor – Nouvelle en créole

rivière d'abord

Marmay, zordi zot va akout in zistwar pa kroyab la arivé a mwin.

Mon non, sé Moris. mon ti-non-gaté, sé Momo. Tou-lé z-an, mwin lé an sanzman-dlèr, a Manapany pou in mwa. Mon momon navé ankor in kaz an bwa sou tol koté la mér. Mon papa lé mor na lontan. Mwin té lo dernyé marmay.

Arivé

Banna té la avan lèr, inèr avan. Somanké in kasalo kann  té bous semin. Zot té la aster. Zot y espéré zot famiy, lé dé kouzin, a mwin é mon kouzin. Nou la débarké dirèk paris. Parlfet… zot i koné pi konbien de tan ? In bonpé d-tan.

Banna la kal la minm, koté térin –laviyon.

Kan ou espèr la, le tan lé long. Y pas pa. Zot y argard par-isi, par-laba. Ti blan, gro blan, blan la rouy, blan péi, blan marmit, blan-blan, … zoréy, tout sort kalité de moun. Koméla tout de moun y ariv par laviyon. Nou la pas koni lo bato. Nou té ankor bien ti.

Marsel la vu Polo é mwin. Té apèl a nou Lolo é Momo. Té komik.

Nou la trap a nou braskor.

Pou di in zafèr, zot la di :

« Sinonsa. Koman i lé ? »

Zot i argard anlèr. La plï i tonm inn tigine.

Ou rapèl kan ou té di : « Kas pa la tèt, la plï i farine, solèy va arnir».

Zoizo kom moino, bèk roz i piay. Lodër zérb, in lodër la tèr té fé rèv a ou.

Pour lire la suite, … mon mèl : hoarau.colline@gmail.com