Archives de tags | Colline HOARAU

Interview de Coralie de Livretoile

people-2564436_1920

Interview et Tag : ceci ou cela ? de Colline Hoarau Par Coralie de Livretoile

1 Présentez-vous en tant qu’auteure.

C’est ancré en moi depuis longtemps. J’ai des histoires à raconter, celles que je vois et celles que j’invente. J’aime créer. L’écriture est essentielle. Elle se présente d’abord dans la tête avant d’écrire sur le papier. J’écris facilement. Je pense que lorsqu’on est auteur, on doit pouvoir écrire dans des genres différents, des romans, des histoires, des poèmes. C’est à chaque fois un recommencement.
Je pense que le talent ou la facilité ne suffisent pas. Il faut du temps et du travail, de la constance.
 
2 Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ? Depuis quand écrivez-vous ?
J’écris depuis très longtemps, depuis l’adolescence. J’avais souvent un cahier ou un carnet et j’écrivais des histoires ou mes rêves. Je ne sais pas si c’est de l’envie ou un véritable besoin. C’est de toutes façons un vrai plaisir.
 
3 Quel est votre dernier roman coup de coeur ?
« La tresse ». J’aime les histoires de femmes. Simples et authentiques.
 
4 Y a-t-il des livres qui ont inspiré vos romans ?
Lorsque j’étais adolescente, j’étais très heureuse de lire les livres de Schwartz-Bart et d’Axel Gauvin mélangeant des souvenirs, évoquant l’enfance et les lieux que j’aimais imaginer ou retrouver.
 
5 Travaillez-vous sur un nouveau roman si cela n’est pas trop indiscret ?
Je viens de terminer mon quatrième roman : « Peut-on tout réparer ? » Et un autre livre « Histoires d’enfance » avec un photographe, David L’air, avec une histoire pour chaque photographie.
Ils sont dans le circuit, de la correction à l’édition. Il faut maintenant attendre plusieurs mois leur sortie.
 
6 Que ressentez-vous avant la sortie d’un de vos romans ?
Beaucoup d’angoisse. Je me demande s’il va plaire. L’attente est parfois longue. Le roman ne nous appartient plus. On ne peut plus rien changer. Il est entre les mains des lecteurs.
 
7 Avez-vous une habitude d’écriture ?
Oui, j’écris six mois dans l’année. Je commence toujours en juillet, pendant les vacances. Je fais le maximum. L’écriture, les relectures et corrections se font à la fin de l’année. J’écris toujours et uniquement le matin. J’aime un bruit de fond, radio ou télé par exemple. Je préfère un environnement calme, à la campagne, dans le train, ou même dans un café, … C’est intéressant de changer de lieu pour écrire.
 
8 Que représente l’écriture pour vous ?
C’est devenu un besoin. Pendant les six mois où je n’écris pas,  je prépare dans ma tête le prochain livre.
 
9 Appréhendez-vous les retours sur vos romans ? 
Je conçois et accepte facilement qu’ils ne plaisent pas à tous. J’apprécie lorsqu’ils sont compris. Je suis très étonnée de ce que les lecteurs y trouvent. C’est toujours une grande richesse.
J’aime bien demander conseil avant de finir mon roman. J’estime qu’on peut ne pas aimer et conseiller avec bienveillance. Je tiens souvent compte des remarques pour le prochain. C’est un échange primordial. Nous évoluons forcément dans notre écriture.
 
Questions du tag 
1 Lire sur un canapé ou dans un lit ? Les deux. Mais j’aime bien lire avant de dormir, donc dans le lit.
 
2 Protagoniste féminin ou masculin ? Protagoniste féminin.  Je m’identifie plus facilement.
 
3 Thé ou café en lisant ? Toujours du thé.
 
4 Série ou one-shot ? One-shot.
 
5 Point de vue à la première ou à la troisième personne ? A la première de préférence.
 
6 Lire le matin ou le soir ? J’aime lire le soir.
 
7 Librairies ou bibliothèques ?  Les deux sont complémentaires. J’ai toujours eu l’habitude d’aller à la bibliothèque.  Ce sont des lieux importants qu’il faut faire vivre, donc s’abonner, y aller. J’adore les librairies mais je ne sais pas résister.
 
8 Lecture avec ou sans musique ? Je préfère lire en silence. Je reste concentrée.
 
9 Livre papier ou ebook ? Je préfère le papier. Je ne me suis pas faite au numérique.
Publicités

Ponctuation

Ce n’est pas pour me vanter,
Disait la virgule,
Mais, sans mon jeu de pendule,
Les mots, tels des somnambules,
Ne feraient que se heurter.
– C’est possible, dit le point.
Mais je règne, moi,
Et les grandes majuscules
Se moquent toutes de toi
Et de ta queue minuscule.
– Ne soyez pas ridicules,
Dit le point-virgule,
On vous voit moins que la trace
De fourmis sur une glace.
Cessez vos conciliabules.

Ou, tous deux, je vous remplace !
Maurice Carème

Chronique de Nancy pour Sois sage, Reine-May

 
Titre : Sois sage, Reine-May
Auteur : Colline Hoarau
Éditeur : Editions Dédicaces
Année de sortie : 2016
Nombre de pages : 124
Prix : 13.72€ – 6.51€ (eBook)

À dix ans, Reine-May quitte son île, la Réunion, pour être adoptée par un couple de Bretons dans le Centre Bretagne, à Sainte-Tréphine. Quelques années plus tard, elle reçoit une lettre. Elle doit venir régler des affaires dans l’Océan Indien. C’est un voyage dans le temps dans deux univers différents : la Bretagne et la Réunion. Le lecteur plonge dans les charmes de ces régions éloignées. Reine-May a un secret que nous serons amenés à deviner et à découvrir. Ce troisième roman de l’auteure est entraînant, oscillant entre la découverte et l’émotion. Bon voyage à ceux qui auront la chance de le commencer !
Tout d’abord, je tiens à remercier l’autrice Colline Hoarau de m’avoir permis de découvrir son livre « Sois sage, Reine-May » en service-presse. Quand l’autrice m’a proposé de choisir le livre que je voulais découvrir et chroniquer, mon choix, c’est tout de suite porté sur ce titre-là. Le résumé me tentait beaucoup et il parle de secret. Comme beaucoup le savent, j’aime beaucoup les histoires où il y a des secrets…
Dès les premières pages, nous faisons la connaissance de Reine-May. Alors qu’elle avait dix ans, elle a dû quitter La réunion, pour gagner la Bretagne où elle a été adoptée par un couple de Bretons. Malgré son jeune âge, Reine-May cache un lourd secret…Un secret qui continue à la ronger… Alors quand, quelques années plus tard, elle reçoit une lettre de la Réunion, ses peurs resurgissent : son secret a t-il était découvert ? Alors qu’elle doit regagner la Réunion pour régler une affaire, Reine-May se replonge dans ses souvenirs…
Tout au long du roman, les chapitres sont entrecoupés de quelques pensées qui se réfèrent à ce fameux secret qui hante Reine-May. Au fil des chapitres, on sent planer le spectre de ce secret que l’on devine dramatique, mais il nous faut attendre la fin pour en connaître toute la substance. Lorsque nous découvrons son secret, toutes les pièces du puzzle se mettent enfin en place et l’on comprend beaucoup mieux Reine-May.
Reine-May est un personnage captivant, attachant dont le caractère très solitaire a été forgé par une enfance difficile et un secret trop lourd à porter. Reine-May est très solitaire, elle observe beaucoup les gens sans vraiment rentrer en interaction avec eux.
« Sois sage, Reine-May » est l’histoire de Reine-May et de son secret, mais c’est également un roman où se rencontrent et s’entrechoquent deux régions totalement opposées : la Réunion et la Bretagne. Nous découvrons ces deux régions grâce aux descriptions hautes en couleur de l’autrice. Nous découvrons alors les paysages, la culture, les coutumes et usages de ces régions, mais également leurs parlers. En lisant ce roman, j’ai découvert énormément de mots et d’expressions.
J’ai beaucoup aimé ma lecture. C’est une histoire captivante qui nous plonge à la découverte de deux régions totalement opposées aux côtés d’un personnage attachants à qui l’on aimerait tant venir en aide.
Le seul petit bémol que je soulèverai sur cette lecture, c’est sa longueur. Ce roman fait seulement 124 pages et personnellement j’aurais beaucoup aimé qu’il soit plus long et découvrir beaucoup plus amplement l’enfance de Reine-May et particulièrement sa vie avec ses parents adoptifs.
Par contre, j’ai adoré la plume de l’autrice. Sa plume est toute en délicatesse, très sensible et elle nous transporte dans cette histoire très facilement. Les descriptions que nous fait Colline Hoarau de la Bretagne et de la Réunion sont tout simplement magnifiques et de plus l’autrice arrive, au fil des pages, a intégrer des mots et expressions des deux cultures sans que cela alourdisse le texte.
En bref, une très bonne lecture. Une histoire captivante qui nous fait découvrir deux régions totalement opposées mais tellement complémentaires pour le personnage de Reine-May. Une très bonne découverte !

Salon du livre de Landéda

Le 15/10/2017

7e salon du livre organisé par la médiathèque. Un moment de rencontre avec des auteurs, illustrateurs, des séances de dédicaces. La conteuse Astrid Lerdung, proposera dans la matinée et dans l’après-midi des contes pour tout public.