Dédicaces et salons

Notre vie à trois de Colline Hoarau

Une jolie vision de mon roman « Notre vie à trois  »

Entre Deux Livres

✔️Mon ressenti : La couverture et le titre du roman ont réveillé l’ancienne soignante qui sommeille en moi. 
Ce court roman expose sans détours la vie d’Achille et de sa compagne Orchidée après l’annonce du diagnostic de la maladie de Parkinson.
Cette histoire, tellement juste, donne la parole sans filtres à l’homme, devenu patient, et à sa compagne devenue aidante. 
Ils vivent avec cette maladie, comme un couple devenu par la force des choses un trio. Ils nous livrent à l’état brut la peur, la crainte, la honte, les gestes les plus anodins devenus douleurs et montagnes à gravir. 
C’est un très beau roman porté par la plume sensible, poétique et touchante de l’auteure. 
Un roman qui m’a profondément remuée, et qui me semble d’une justesse incroyable.
Merci Colline pour votre confiance et pour cet éclairage sur la vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et de…

Voir l’article original 167 mots de plus

Chroniques des lecteurs

Peut-on tout réparer ? – Colline Hoarau

Perdue dans mes livres

Retrouvez Reine-May pour de nouvelles aventures.

L’ AUTEURE

ch

Colline Hoarau est née en 1966, sur l’île de la Réunion.

Elle vit actuellement en Bretagne, depuis 2012 avec son compagnon.

A 15 ans, lorsque ses parents viennent vivre en France, elle plonge tête baissée dans les livres. Elle obtient son bac à 17 ans puis découvre l’informatique après une année de Lettres.

Mariée, puis divorcée, elle veut présenter son île à ses deux filles. Elle y revient sans retrouver l’air de son enfance.

Ne sachant pas faire un choix entre la Réunion et la France, elle se lance corps et âme dans des associations :SOS Racisme, la direction d’associations d’insertion, la responsabilité dans un office HLM de la Région parisienne.
Le déclic viendra d’une de ses amies d’enfance qui lui dit qu’elle l’a toujours imaginé écrivain.
Elle vient d’obtenir une licence de Breton et Langues Celtiques à Rennes 2, travaille dans…

Voir l’article original 468 mots de plus