Archives de tags | émotions

L’invitation au voyage de Charles Baudelaire

beach-clouds-dawn-1186704.jpg

 

A 20 ans, les parents de Baudelaire, pour le sortir de sa vie de bohème, le font partir pour les Indes. Il ira jusqu’à l’île Bourbon  (La Réunion), revient au bout de 10 mois. Ce voyage aura éveillé son esprit à la nature, au soleil et à l’exotisme.

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,

Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Publicités

Préface de Sois sage, Reine-May par Thierry Rollet

etang-sale-775829_1920Préface à Sois sage, Reine-May

Colline HOARAU

            On évoque souvent le choc des cultures, rarement leur harmonie. C’est une erreur à réparer et c’est justement la tâche à laquelle Colline Hoarau s’est astreinte, semble-t-il, dans ce récit aux multiples prolongements.

En effet, à la lecture de Sois sage, Reine-May, on s’étonne constamment de tous les chemins qui semblent ouverts en direction de multiples horizons – non pas seulement entre la Réunion et la Bretagne mais vers tous ces ailleurs qui paraissent ébauchés, préparés, comme un ensemble d’invitations à les prendre comme points de départ vers tout ce qu’ils peuvent évoquer.

Le dépaysement, l’acquisition de cultures inconnues, la nature, les paysages, les nombreuses spécialités – y compris culinaires ! –, tout cela forme un ensemble qui incite toujours à prolonger la découverte. C’est ainsi que, par cette polyculture et tous les sens qu’elle peut prendre, toutes les directions qu’elle indique, on est constamment invité à un voyage qui ne paraît pas avoir de fin.

Saluons cette performance de l’auteure, dont le récit sait également se parer de toutes sortes d’émotions, qui riment avec toutes les couleurs de ces terres réunionnaises et bretonnes, réunies dans ce récit pour notre plus grand plaisir.

Thierry ROLLET

                                                                                              Agent littéraire

Le site de Thierry ROLLET